40ème
Festival
du 9 juillet
au 30 juillet 2017


illustration Agnès Dupuy

/
Brahms ou la poésie de l'âme
Amaury Coeytaux et ses complices, vous proposent une soirée autour du répertoire de Brahms, leur talent promet une interprétation puissante et émouvante.

Amaury Coeytaux : violon
Geoffroy Couteau : piano
Raphaël Perraud : violoncelle

Programme :
Johannes BRAHMS :
Sonate n°1 en mi mineur op 38 pour violoncelle et piano
Trio n°2 en ut majeur op. 87
Trio n°3 en ut mineur op. 101

 
Le 20/07/2017 à 20H30
Vollore-Montagne, église 

Réservations en ligne clôturées

Amaury Coeytaux s’est imposé naturellement depuis plusieurs années comme l’un des plus remarquables violonistes de sa génération.  En 2006, Amaury Coeytaux remporte le 1er Prix ainsi que 5 prix spéciaux lors du fameux concours “Lipizer” en Italie. Entre 1997 et 2008, il est récompensé de plusieurs prix de concours internationaux. Amaury Coeytaux est actuellement Artiste associé de la Fondation Singer-Polignac.

En 2004, Amaury Coeytaux fait ses débuts au Carnegie Hall dans le concerto de Brahms. Depuis ce succès, il est invité à se produire dans le monde entier tant en récital qu’en soliste et chambriste. Suite à la parution de la première mondiale du concerto pour violon de Pierre Wissmer, son nouveau disque, Eugène Ysaÿe : Neiges d’Antan, reçoit l’éloge unanime de la critique internationale.

 En parallèle de sa carrière de soliste international, Amaury Coeytaux devient violon solo de l’Orchestre d’Auvergne en 2008 et dirige la saison de musique de chambre entre 2010 et 2012. En 2012, il est nommé violon solo de l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Myung-Whung Chung. En 2017, Amaury Coeytaux rejoint le quatuor Modigliani au sein duquel il poursuit une importante carrière internationale.  Amaury Coeytaux joue un violon Guadagnini de 1773.

1er Prix du Concours International Johannes Brahms en 2005, Geoffroy Couteau vient d’enregistrer l’intégrale de la musique pour piano seul de Brahms pour le label La Dolce Volta. Son intégrale figure parmi les meilleurs enregistrements de l'année 2016 pour Télérama, cadence, le Monde, le devoir et Classica, qui lui décerne son choc de l'année.
Lors de la parution la presse s’enthousiasme largement : le Figaro parle « d’un accomplissement », le Monde souligne sa performance pour « l’exclamation face à la prouesse comme pour le suivi de la finesse », Télérama le récompense de ses 4F, classica de son CHOC, diapason en dit « l’évident travail en profondeur, la richesse de la pâte sonore, le lyrisme généreux et simple, sont la marque d’un musicien exceptionnel. », l’Express remarque sa maturité étonnante, la revue Pianiste le distingue par son Pianiste Maestro, son intégrale fait aussi parti du top Mezzo etc...
Il a déjà eu l’honneur de jouer dans Grande Salle de la Cité Interdite de Pékin, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Théâtre National des Beaux de Rio de Janeiro, le Hong Kong concert hall, le Théâtre National de Bangkok...
En France, on a pu l’entendre à l’auditorium du musée d’Orsay, l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille, le Théâtre de l’Athénée, la Cité de la musique, la Maison de la radio, le Grand Théâtre de Bordeaux, la salle Gaveau...Geoffroy Couteau est invité dans de nombreux festivals tels que « Piano aux Jacobins », le Festival de Menton, le Festival de Saintes, le Festival de Radio France et Montpellier, « Lille Piano Festival », le Festival du Printemps des Arts de Monte-Carlo, « Piano en Valois », le Festival Chopin de Nohant et Bagatelle, le
Festival de l’Epau, « Piano à Lyon », le Festival Messiaen au pays de la Meije, le Festival d'Eygalières...
Il participe régulièrement à des émissions radiophoniques sur France Musique, Radio Classique, France Culture ou télévisées telles que France 3, Mezzo, Direct 8, LCI, BFMTV.
Esprit libre et aventureux, il a enregistré la musique de Rodolphe Bruneau- Boulmier, compositeur vivant, abordé également au disque la musique de Scriabine(1ère et 7ème sonates), Chopin (24 préludes opus 28).
Geoffroy Couteau a effectué un brillant parcours au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris qu’il a intégré à l’unanimité dans la classe de Michel Béroff. Il y a reçu en 2002, le Diplôme de Formation Supérieur, le Prix mention très bien, Premier nommé, à l’unanimité du jury ainsi que le Prix spécial Daniel Magne. Il est entré la même année en cycle de perfectionnement piano et a étudié la musique de chambre avec Christian Ivaldi et obtient le Prix mention très bien. Il a participé à de nombreuses master classes de personnalités telles que Dmitri Bashkirov, Leon Fleisher, Christoph Eschenbach

 

Issu d’une famille de musiciens, Raphaël Perraud commence l’étude du violoncelle à l’âge de cinq ans. Il entre à l’âge de 16 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.  Lauréat de plusieurs concours internationaux, il remporte en 1994 le concours international "Printemps de Prague" ainsi que trois prix spéciaux.  La même année, il est recruté par Marek Janowski au poste de deuxième violoncelle solo de l’orchestre Philharmonique de Radio France.

Il s’est déjà produit en soliste avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, l’Orchestre de chambre de Toulouse, l’Orchestre Philharmonique de la Radio de Prague, l’Orchestre Philharmonique de Pardubice, l’Orchestre de chambre Josef Suk, l’Orchestre Philharmonique de Brno... avec lesquels il a interprété les concertos de Haydn, Dvoràk, St Saëns, Strauss, Brahms, Schostakovitch, Lalo.

Excellent chambriste, il participe à de nombreux festivals. Parmi ses enregistrements, on peut citer la Sonate de Claude Debussy avec Laurent Wagshal au piano, ainsi que les trois strophes sur le nom de Sacher d’Henri Dutilleux enregistrées en présence du Maître dans le cadre du festival "Sonates d’Automne". Il a pour projet d’enregistrer les deux sonates de Gabriel Fauré.

En 2005, sous la présidence de Kurt Masur, il a été nommé violoncelle super soliste de l’Orchestre National de France.